Archives du mot-clé validation

Zoom sur deux intervenantes dans l’aide aux personnes âgées désorientées à domicile et… à leurs aidants

Dominique Chartin Laeron
Dominique Chartin Laeron

La relation d’aide aux personnes âgées désorientées est compliquée pour l’aidant qui se retrouve du jour au lendemain « bombardé » aidant… un mot qu’il n’avait jamais prononcé avant…

Que de problèmes à résoudre qui vous tombent dessus en même temps.

Démarches administratives. Trouver dans l’urgence une aide à domicile. Savoir à quelles portes frapper. Comment maintenir ou retrouver la relation avec le proche désorienté… ou la faire évoluer… autant de défis que beaucoup de professionnels, de bénévoles, d’associations, d’institutions, tentent de relever, avec beaucoup d’innovation, de savoir-faire, et de ténacité.

Faire de l’aide aux aidants son métier est une chose, en vivre en est une autre, faire aboutir des projets innovants, respectueux, encore une autre.

Financer cette activité quand des familles en ont besoin mais n’ont pas d’argent, c’est un défi parmi d’autres, non le moindre. L’argent et la reconnaissance manquent. Manque aussi la compréhension des spécificités des besoins des personnes désorientées et de leurs proches.

A travers de multiples associations et réseaux, j’en connais des centaines qui pratiquent ces métiers avec des bonheurs divers, des hauts et des bas … je les salue toutes ici (toutes plutôt que tous mais il y a aussi des garçons, dont moi…)

Je choisis aujourd’hui de faire un zoom sur deux amies, qui ont chacune leur démarche.

Image Ouest France Bruno Baron directeur du CCAS, Sylvaine Bolzer, maire-adjointe aux affaires sociales et Dominique Chartin-Laeron présentent la conférence « Alzheimer autrement ».
Image Ouest France
Bruno Baron directeur du CCAS, Sylvaine Bolzer, maire-adjointe aux affaires sociales et Dominique Chartin-Laeron présentent la conférence « Alzheimer autrement ».

Mme Dominique Chartin-Laeron, formatrice en Gérontologie, exerce à son compte dans la région d’Angers, avec entre autres des CLIC, des MAIA. Si son action est d’abord d’établir ou rétablir la communication entre la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer et ses proches, elle joue aussi un rôle de coordination en complémentarité avec les autres aides plus matérielles. Spécialiste de la maladie d’Alzheimer, propose des méthodes « moins médicamenteuses », dont la méthode validation de Naomi Feil, qui apprend à comprendre et respecter l’émotion exprimée par la personne âgée désorientée et ses valeurs.

 

Françoise Mazire
Françoise Mazire

Françoise Mazire, écrivain public, secrétaire administrative à domicile, lie les deux aspects de l’écoute et de l’aide matérielle. Elle intervient au domicile non seulement autour de Caen en Basse-Normandie mais aussi au-delà dans les départements voisins. Elle peut aussi être d’un grand secours à distance, pour aider à réaliser les contacts et dossiers nécessaires au moment de la perte d’autonomie des proches.

Sur le site de Françoise Mazire
Sur le site de Françoise Mazire

 

 

 

 

 

Contacts :

Dominique Chartin :

dl.validation@yahoo.fr

http://www.francealzheimer49.fr/spip.php?article79

Françoise Mazire-Grenier :

http://www.fmadom.fr/

http://www.viadeo.com/fr/profile/fran%C3%A7oise.mazire-grenier

fm.mazire@orange.fr

 

 

Publicités

Gineste-Marescotti : une video

Une vidéo de Rosette Marescotti

Cette petite vidéo montre plusieurs outils de base pour communiquer. Bien fait et intéressant.

Une attitude de bientraitance dans tous les gestes du quotidien. Comment utiliser sa voix, le regard, douceur des gestes, rythme adapté des gestes et de la voix…

Ces outils  sont indispensables pour que la personne accompagnée se sente reconnue.

Je n’ai pas été formé par  l’Humanitude, mais avec l’APVAPA, une association qui au-delà  de la Validation Thérapy de Naomi Feil étend sa curiosité à tous  les outils qui peuvent permettre une communication humaine avec la personne accompagnée. Mes références sont François Blanchard, Louis Ploton, et pour les outils Marianne Hartmann. Honnêtement dans cette vidéo je ne vois pas de différence avec les outils que j’enseigne.

Il y a encore beaucoup d’autres outils utiles, sont-ils enseignés dans l’Humanitude je ne sais, mais ce que pratique ce courant me paraît très bien.

Il me paraît important que tous les soignants qui vont dans ce sens, tous les formateurs qui partagent cette philosophie du prendre soin, ou des philosophies proches, se rejoignent au-delà des chapelles.  Ce que je connais de l’humanitude va dans ce sens, c’est-à-dire vers la bientraitance, et c’est l’essentiel.

La validation de Naomi Feil, la clown Thérapie, l’art Thérapie, la danse thérapie, la musicothérapie, Snoezelen, Montessori… et d’autres méthodes quand elles sont bien pratiquées, c’est à-dire avec une intention honnête et un bon apprentissage, vont aussi dans ce sens. Ces méthodes l’une ou l’autre, ou plusieurs, sont nécessaires car sans ces méthodes, sans leurs outils, les soignants ou les aidants sont démunis et peuvent être involontairement maltraitants.

Une valeur ne vaut que si elle est pratiquée.

Les outils permettent de faire vivre les valeurs d’humanité et de respect de la personne. Sans outils, maladresse, maltraitance. Sauf bien sûr si la personne est douée et pratique les outils comme M. Jourdain pratiquait la prose : sans le savoir.

Naomi Feil communique avec une vieille dame qui restait murée dans la maladie d’Alzheimer

Regardez comment Naomi Feil établit la communication : respect de la personne, attention à elle, elle reconnaît son émotion, elle épouse le rythme de ses mouvements répétitifs, elle reconnaît ses valeurs, elle cale son chant sur le rythme de la personne.

Et la communication s’établit. Gwladys Wilson était censée ne plus communiquer, sinon par des mouvements répétitifs…souvent jugés insignifiants, ou inintelligibles.