Archives du mot-clé care

Gineste-Marescotti : une video

Une vidéo de Rosette Marescotti

Cette petite vidéo montre plusieurs outils de base pour communiquer. Bien fait et intéressant.

Une attitude de bientraitance dans tous les gestes du quotidien. Comment utiliser sa voix, le regard, douceur des gestes, rythme adapté des gestes et de la voix…

Ces outils  sont indispensables pour que la personne accompagnée se sente reconnue.

Je n’ai pas été formé par  l’Humanitude, mais avec l’APVAPA, une association qui au-delà  de la Validation Thérapy de Naomi Feil étend sa curiosité à tous  les outils qui peuvent permettre une communication humaine avec la personne accompagnée. Mes références sont François Blanchard, Louis Ploton, et pour les outils Marianne Hartmann. Honnêtement dans cette vidéo je ne vois pas de différence avec les outils que j’enseigne.

Il y a encore beaucoup d’autres outils utiles, sont-ils enseignés dans l’Humanitude je ne sais, mais ce que pratique ce courant me paraît très bien.

Il me paraît important que tous les soignants qui vont dans ce sens, tous les formateurs qui partagent cette philosophie du prendre soin, ou des philosophies proches, se rejoignent au-delà des chapelles.  Ce que je connais de l’humanitude va dans ce sens, c’est-à-dire vers la bientraitance, et c’est l’essentiel.

La validation de Naomi Feil, la clown Thérapie, l’art Thérapie, la danse thérapie, la musicothérapie, Snoezelen, Montessori… et d’autres méthodes quand elles sont bien pratiquées, c’est à-dire avec une intention honnête et un bon apprentissage, vont aussi dans ce sens. Ces méthodes l’une ou l’autre, ou plusieurs, sont nécessaires car sans ces méthodes, sans leurs outils, les soignants ou les aidants sont démunis et peuvent être involontairement maltraitants.

Une valeur ne vaut que si elle est pratiquée.

Les outils permettent de faire vivre les valeurs d’humanité et de respect de la personne. Sans outils, maladresse, maltraitance. Sauf bien sûr si la personne est douée et pratique les outils comme M. Jourdain pratiquait la prose : sans le savoir.

Publicités

DOCUMENTAIRE : « LES ANGES ANONYMES » d’Olivier Ducray

DOCUMENTAIRE : « LES ANGES ANONYMES »

Un article de Cnikel.com

La question de l’isolement et de la solitude chez les personnes âgées

de l’empathie au lien social

Un regard tendre et empathique sur les âgés

Après le succès de son premier court métrage « Champagne » sur la sensibilisation des risques de chutes à domicile, Olivier Ducray, intéressé par la question de l’âge et de nos aînés, s’est lancé dans un nouveau projet de long métrage « Les anges anonymes ». En suivant pendant un an à Lyon le quotidien de Françoise, une infirmière exceptionnelle, le jeune réalisateur montre comment la venue d’une aide au domicile des personnes âgées est essentielle pour leur maintien à domicile mais aussi pour les sortir de leur isolement. Rencontre avec un passionné humaniste.

Un regard tendre et empathique sur les âgés

La question de l’isolement et de la solitude chez les personnes âgées
« J’ai toujours eu de l’attachement et de l’empathie pour les personnes âgées. Surtout quand je les vois dans la rue, essayant de marcher dans le rythme infernal qui les entoure, j’ai l’impression qu’elles sont de petites choses au milieu de la jungle urbaine », explique-Olivier Ducray.

C’est cet amour des âgé-e-s et la volonté de dénoncer l’isolement et la solitude dont souffre une partie de cette population,  qui ont poussé Olivier Ducray à réaliser un film d’auteur sur la tournée d’une infirmière à domicile pendant un an.

Mais plus encore, il a souhaité rendre visibles celles et ceux qu’on ne veut pas voir, et contribuer à lever le tabou :  « J’ai toujours été étonné qu’on ne veuille pas regarder la vieillesse en face. A écouter la société, on croirait une maladie orpheline, qui ne touche que quelques cas. Je me demande ce qui s’est passé dans la société française pour que cela se passe comme ça. Ce n’est pas un signe de bonne santé de notre pays ».

De l’empathie au lien social
Lors des tournages, une fois par mois, le réalisateur et son cadreur (caméraman) rencontrent de nombreux âgés, avec une préoccupation majeure : au-delà du personnage de Françoise, connue dans tout le 3e arrondissement de Lyon depuis 33 ans qu’elle exerce pour être une bonne fée des âgé-e-s, c’est la relation de l’infirmière avec des personnes en souffrance, en particulier en raison de la solitude, qui l’intéresse.
« Françoise dans son travail est à la fois  tendre et dure. Elle ne cherche pas à enjoliver les choses. Mais elle aime son métier et a une empathie immense », dit-il.
Et c’est ce que le cinéaste cherche à montrer : comment cette empathie peut recréer le lien social et l’humanité dans la relation qui manquent trop souvent aux personnes seules et fragiles.

Françoise, une professionnelle hors norme
Mais si Olivier Ducray a pu réaliser son film, rentrer en relation avec les âgé-e-s et obtenir facilement les autorisations de tournage de leur part et de celle de leur famille, c’est aussi et surtout grâce à cette infirmière exceptionnelle.
Françoise est en effet un personnage rêvé pour à la fois sa gouaille, son franc parler, son énergie mais aussi pour l’amour qu’elle porte à son métier et la passion qui l’anime pour l’exercer.
Elle est totalement dans ce que nous appelons « le care », la sollicitude envers les autres, tout en gardant toujours la distance nécessaire à son statut professionnel.

Elle parle de sa pratique et souligne que les politiques publiques peinent à valoriser un métier qui est beaucoup plus que les quelques actes de soins (il y a quantité d’autres tâches gratuites sans nomenclature et donc mal reconnues).
Le réalisateur explique qu’elle fait ce que tant d’autres ne font pas : parler, valoriser, bousculer parfois les âgé-e-s : « elle est un peu leur starter tous les matins », selon ses propres mots.

Aussi, l’infirmière déplore parfois l’incompréhension des proches, qui, d’un seul coup se retrouvant confrontés au vieillissement de leurs parents, sont totalement démunis.
De fait, le réalisateur espère, qu’avec le film qui dévoilera la vie des personnes âgées, « le regard du  spectateur en sera modifié».

Outre les scènes de soin, le film fera parler Françoise, qui commente souvent à la caméra ce qui vient de se passer, et interviewera aussi des patient-e-s : « Cela donne des moments géniaux d’interpellation », explique Olivier Ducray, « il n’y a pas plus direct dans leur expression que des personnes de 90 ans ».

Recherche de financement pour une sortie prévue au Printemps 2014
Côté finances, le film est produit mais pas encore totalement financé. Il est encore en recherche de sponsors. Assystel, société de téléassistance qui l’avait déjà accompagné sur « Champagne » s’est à nouveau investie. Le film est également soutenu par le groupe CBA et infirmiers.com. Le but, est donc que le film tourne en salles, des partenaires ont déjà exprimé le souhait d’organiser des débats, pour peut-être ensuite, pouvoir être acheté par une télé.

Le tournage se terminera le 31 décembre à 23h59, et devrait sortir mi-2014. On attend avec impatience de pouvoir vous en parler à sa sortie, pour rendre visible l’âge, les métiers formidables de l’aide à domicile, mais aussi parce qu’on espère qu’il tiendra les promesses de l’empathie du réalisateur et de Françoise, son personnage.
« Elle permet de parler de l’âge,  d’une façon qui certes, peut parfois faire froid dans le dos, mais aussi et surtout, est souvent touchante, et même drôle et positive », conclut Olivier Ducray.
Sandrine GOLDSCHMIDT

Publié le 17/06/2013