D-Day : un vétéran s’échappe de sa maison de retraite pour assister aux cérémonies de commémoration du Débarquement

Un article de Planet.fr
Publié par Stéphanie Thibault le Samedi 07 Juin 2014

Bernard Jordan, le vétéran évadé
Bernard Jordan, le vétéran évadé

 

Mon commentaire :

   Au nom de quoi le personnel se permet-il de lui interdire de sortir ? Au nom de quelle « sécurité » ? C’est là tout le débat éthique. Protéger oui, mais de quoi ? du plaisir de vivre ? de commémorer sa mission de vie, que pour rien au monde il ne manquerait ?

Peu de pensionnaires ont la force morale et physique de s’évader de leur maison de retraite . Beaucoup en auraient la volonté. Les soignants de bonne volonté doivent s’interroger : les vieux, même malades d’Alzheimer, ne fuguent pas : ils ont quelque chose à faire dehors. Une mission à remplir.

Alors bien sûr, s’il s’agit d’une personne désorientée, vous n’allez pas la laisser sortir. Mais vous allez l’accompagner par la parole, lui demander avec bienveillance où elle va et ce qu’elle va faire d’important. Il ou elle vous parlera de ses enfants qu’il faut aller chercher à l’école, ou de ses parents dont il faut s’occuper. Accompagnez son émotion. Respectez sa mission de vie.

 

(Cliquez ici pour l’article original)

Alors que le personnel soignant de sa maison de retraite lui avait interdit de s’y rendre, Bernard Jordan, un vétéran de la Royal Navy s’est échappé de son établissement pour se rendre à Ouistreham et assister aux commémorations du Débarquement avec ses anciens camarades.

Bernard Jordan n’aurait raté ça pour rien au monde. Soixante-dix ans après le Débarquement, ce Britannique de 89 ans, qui faisait partie des commandos à avoir rejoint les côtes françaises le 6 juin 1944, est retourné en Normandie pour assister aux commémorations. Ce vétéran s’est en effet échappé de sa maison de retraire de Hove, dans le sud de l’angleterre, jeudi soir, et a marché afin de prendre un train qui l’a emmené à Portsmouth, d’où il a pris un ferry pour rejoindre ses amis anciens combattants à Ouistreham.

Parti en douce, ses médailles cachées sous son pardessus

Bernard Jordan a donc ignoré les recommandations de ses infirmières qui lui avaient interdit de s’y rendre. Il est ainsi parti discrètement, emportant ses médailles dissimulées sous son pardessus. Sa disparition a été signalée par le personnel de l’établissement jeudi soir, et la police du Sussex est aussitôt partie à sa recherche. Le fugitif a finalement été localisé quelques heures plus tard : il se trouvait en Normandie, avec ses anciens camarades de la Royal Navy. « La maison de retraite a reçu un appel d’un autre vétéran assurant que le pensionnaire se portait bien et qu’il rentrerait en toute sécurité une fois les cérémonies terminées » a indiqué un porte-parole de la police. Tout est bien qui finit bien donc, et pour Bernard Jordan c’est une nouvelle mission accomplie et réussie. De retour dans sa maison de retraite ce samedi matin, il a été accueilli en héros par le personnel de santé, et ne ‘est pas fait tirer les oreilles comme il le craignait, mais en de pareilles circonstances, la fin justifie les moyens comme on dit.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s